Accueil  /  Informations  /  Glossaire

Glossaire

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z
– A –

AIG / IAG

Association Internationale de Géodésie. Organisation Scientifique Internationale qui a pour objectifs de promouvoir la recherche et la coopération à l’échelle globale en matière de Géodésie. Elle a en particulier pour objectif la définition, la réalisation et la maintenance de systèmes de référence mondiaux (ITRS) et régionaux (ETRS89) pour des usages multidisciplinaires.

Altitude

L'altitude d'un point est la coordonnée par laquelle on exprime l'écart vertical de ce point à une surface de référence proche du géoïde.

Note : Les surfaces équipotentielles du champ de pesanteur n'étant pas parallèles, il n'est pas possible de définir l'altitude comme une simple hauteur géométrique au-dessus d'une surface de référence.

Altitude dynamique

Altitude obtenue en divisant la cote géopotentielle d'un point par une valeur conventionnelle constante de l’intensité de la pesanteur.

Note : L’intensité de la pesanteur généralement choisie est égale à la pesanteur normale sur l’ellipsoïde à la latitude géographique 45° (ou 50 grades).

Altitude normale

Altitude obtenue en divisant la cote géopotentielle d'un point par la valeur moyenne de la pesanteur normale à mi-altitude, comptée le long de la ligne de force du champ normal du point considéré.

Note : La surface de référence théorique des altitudes normales est le quasi-géoïde. Contrairement aux altitudes orthométriques, les altitudes normales se calculent sans aucune hypothèse sur les variations de la pesanteur à l’intérieur de la croûte terrestre.

Altitude orthométrique

Altitude obtenue en divisant la cote géopotentielle d'un point par la valeur moyenne de la pesanteur réelle entre le géoïde et le point considéré, comptée le long de la ligne de force du champ de pesanteur.

Note : L’altitude orthométrique d’un point s’interprète comme la longueur de la ligne de force reliant ce point au géoïde. La surface de référence des altitudes orthométriques est donc, en théorie, le géoïde. Mais comme la variation de l’intensité de la pesanteur à l’intérieur de la croûte terrestre n’est pas mesurable en pratique, on la modélise et les altitudes orthométriques ne peuvent pas être exactement calculées.
Il existe plusieurs sous-types d’altitudes orthométriques selon la convention adoptée pour la variation verticale de l’intensité de la pesanteur.

Altitude orthométrique normale

Type d'altitude obtenu en appliquant aux dénivelées géométriques une correction qui ne dépend pas de la pesanteur réelle mais de la pesanteur normale.

Note : L’altitude dite « orthométrique NGF-Lallemand » est en réalité une altitude orthométrique normale.

Haut de page– B –

BDG

Base de données géodésique ; structurée en plusieurs « domaines », d’après le type de réseau (géodésie, nivellement, …) et la localisation géographique (France métropolitaine, outremer, …).

Haut de page– C –

Champ normal

Modèle mathématique du champ de pesanteur terrestre dans lequel une surface équipotentielle particulière est un ellipsoïde géodésique.

Note : Le potentiel normal sur cet ellipsoïde est égal au potentiel réel sur le géoïde.

CNES

Centre National d'Études Spatiales : Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), il est chargé de proposer au gouvernement la politique spatiale de la France au sein de l’Europe et de la mettre en oeuvre.

Colocalisation

Désigne un site géodésique pour lequel au moins deux des quatre techniques de géodésie spatiale cohabitent, les stations étant alors distantes de quelques dizaines de mètres à quelques kilomètres au plus. Les instruments en présence soient inclus dans un réseau international tel l'IGS, l'ILRS, l'IDS ou l'IVS.

Note : ce terme peut également être employé en présence d'un marégraphe.

Compensation

Processus permettant d’obtenir les valeurs les plus probables d’altitude à partir d’observations surabondantes de dénivelées géométriques ou de différences d’altitude.

Note : Pour compenser les réseaux de référence, on utilise la méthode des moindres carrés. Pour les opérations de densification et d’entretien, la compensation consiste à répartir l’écart de fermeture des cheminements en fonction de la distance, du nombre de nivelées ou de la dénivelée.

Synonyme : ajustement

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A lire également : traitements.pdf  (46Ko)lien pdf

Contrôle de stabilité

En nivellement de précision, cette opération consiste à observer les dénivelées séparant le repère utilisé des autres repères proches et à les comparer avec les différences d’altitudes publiées.

Coordonnées géographiques géodésiques

Elles déterminent la position d'un point sur le modèle d'ellipsoïde de référence. Elles sont au nombre de trois :
- la latitude géodésique ou ellipsoïdique
- la longitude géodésique ou ellipsoïdique
- la hauteur ou élévation au dessus de l'ellipsoïde

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A lire également : coordonnees.pdf  (116Ko)lien pdf

Coordonnées planes

Les coordonnées planes sont issues de fonctions mathématiques plus ou moins complexes transformant les coordonnées tridimensionnelles géographiques d'un point de l'ellipsoïde en coordonnées bidimensionnelles sur un plan.
Elles sont exprimées en E (Easting) et N (Northing).

A lire également : coordonnees.pdf  (116Ko)lien pdf

Cote géopotentielle

La cote géopotentielle d’un point est la différence de potentiel de pesanteur entre ce point et le géoïde. Elle correspond au travail effectué contre la pesanteur terrestre pour passer une masse unité du géoïde au point considéré.

Haut de page– D –

Déclinaison magnétique

La déclinaison magnétique est la valeur de l’angle entre le nord magnétique et le nord géographique pour un lieu et une date.

Délai zénithal troposphérique

Lorsque le signal GNSS traverse la troposphère, il y subit l’effet de la variation de l’indice de réfraction qui se traduit par un retard dans la propagation et une courbure de sa trajectoire. On peut dissocier dans ce retard la partie due à la composante sèche de la troposphère relativement facilement modélisable de la partie humide plus hétérogène dans le temps et dans l’espace et qu’on estime par calculs.

Dénivelée géométrique

Distance verticale entre points proches, mesurée par une technique de nivellement de précision.

Note : En toute rigueur, une dénivelée géométrique n’est pas une différence d’altitudes.

Voir : EVRSlien vers le glossaire

Données IGS

Ensemble de fichiers contenant les informations récupérées en sortie des récepteurs des stations appartenant au réseau permanent IGS. Elles sont diffusées par les quatre centres de données mondiaux de l’IGS : IGN, SOPAC, CDDIS, KASI. Parmi ces données, on distingue :
- les observations GNSS (journalières, horaires, sub-horaires) au format RINEX
- les fichiers de navigation GNSS au format RINEX
- les fichiers météo

A voir également : http://igscb.jpl.nasa.gov/components/data.htmllien externe

DORIS

Le système DORIS (Détermination d’Orbite et Radiopositionnement Intégré par Satellite) a été conçu par le CNES conjointement avec l'IGN et le CGRS pour déterminer précisément la position des satellites sur leurs orbites et localiser des stations terrestres.

Haut de page– E –

ED50

European Datum 1950 : Système de Référence Terrestre mis en place sur l'Europe de l'Ouest sous l'influence des américains suite à la deuxième guerre mondiale. Les différentes réalisations ont utilisées les observations des triangulations de 1er et deuxième ordre des différents pays. La dernière réalisation ED87 incluait des observations de géodésie spatiale. La projection UTM (Universal Transverse Mercator) a été associée à ce référentiel. ED50 a été remplacé par ETRS89.

E-GVAP

"EUMETNET GNSS water vapour programme" : Programme européen de mesure de la vapeur d'eau par GNSS.

Ellipsoïde géodésique

Surface de révolution engendrée par une ellipse tournant autour de son petit axe, définie par le rayon équatorial et un paramètre d’aplatissement, et sensiblement géocentrique.

Note : Il s’agit d’un modèle mathématique du géoïde, c'est-à-dire de la Terre débarrassée de son relief. Il existe de nombreux ellipsoïdes géodésiques.

A lire également : ellipsoide_geodesique.pdf  (34Ko)lien pdf

EPN

EUREF Permanent Network : Réseau de stations GNSS Permanent Européen administré par l'EUREF

EPSG

Le jeu de paramètres géodésique EPSG (EPSG Dataset) est maintenu par le sous-comité à la Géodésie du Comité de Topographie et de Positionnement de l'Association Internationale des Producteurs de Gaz et de Petrole (OGP).

Des correspondances sont possibles entre le registre IGN (RIG)et EPSG :

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A voir également : http://www.epsg.org/lien externe

ERNIT

Entretien du Réseau de Nivellement par les Triplets.
Triplet : Groupe d’au moins trois repères de nivellement implantés de sorte que :
- la distance de cheminement entre les deux repères les plus éloignés soit inférieure à 1000 mètres ;
- la dénivelée entre le repère le plus haut et le repère le plus bas soit inférieure à 30 mètres ;
- le recouvrement des zones d’influence des triplets soit le plus faible possible.

Notes : un triplet doit permettre, aux moyens d’outils de nivellement traditionnels (mire et niveau) un contrôle rapide des altitudes des repères.
Les triplets permettent d’accéder à la référence nationale (SRV). Ils font l’objet d’un entretien en principe décennal.
De façon pratique, on identifie la plupart des triplets en créant un buffer (zone d’influence circulaire) de 1 kilomètre de diamètre centré sur la mairie de chaque commune.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

ETRS89

Système de Référence Terrestre adopté en 1990 par la commission EUREF de l'AIG pour l'Europe. Ce système coïncide avec le système mondial ITRS à l'époque 1989,0 et est fixe par rapport à la partie stable de la plaque Eurasie. En 2003 la commission Européenne a choisi ETRS89 pour géoréférencer toutes ses données géolocalisées et son utilisation est préconisée par la directive européenne Inspire.

EUREF

EURopean REFerence. EUREF est la Sous-commission régionale pour l'Europe de la commission 1 de l'AIG sur les Systèmes de Référence. Elle a pour mission de définir, réaliser et maintenir le Système de Référence Européen tridimensionnel ETRS89 et vertical EVRS en coopération avec les services de l’AIG concernés et Eurogeographics.

EVRS

Système de Référence Vertical Européen, mis en place en 1994 par la commission EUREF de l'AIG, dans la prolongation de UELN (Unified European Levelling Network) étendu au pays de l'Europe de l'Est. Les réalisations EVRF2000 et EVRF2007 utilisent des observations traditionnelles de nivellement de 1er ordre, des nivellements nationaux, des mesures marégraphiques ainsi que des observations de géodésie spatiale (EUVN). Le point fondamental est Amsterdam Peil et le type d'altitude normal

N.B. : Pour obtenir une altitude en EVRF2000 à partir d'une altitude publiée en NGF-IGN69, on doit retrancher 0,486 m. Il s'agit d'une valeur moyenne estimée pour la France continentale de qualité centimétrique.

Haut de page– F –

Fermeture

Somme des dénivelées géométriques ou des différences d’altitudes cumulées le long d’un itinéraire fermé de nivellement, application faite des corrections instrumentales.

Synonyme : écart de fermeture

Fiche signalétique

Les données descriptives des points matérialisés de géodésie et de nivellement sont accessibles par le moyen de fiches signalétiques téléchargeables au format PDF depuis une carte interactive.

Voir : "Fiche signalétique de repères de nivellement" et "Fiche signalétique de site géodésique".

Fiche signalétique de repère de nivellement

Les données descriptives sont regroupées sur une page. Chaque repère possède sa fiche et chaque fiche correspond à un repère et un seul.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Fiche signalétique de site géodésique

Les données descriptives du site sont regroupées sur la première page. Viennent ensuite celles des points du site. Chaque site possède sa fiche et chaque fiche correspond à un site et un seul.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

FTLRS / SLUM

French Transportable Laser Ranging System / Station Laser Ultra Mobile

Haut de page– G –

GALILEO

Système de navigation par satellite initié par l’Union Européenne aux débuts des années 1990, Galileo devrait être opérationnel dans le courant des années 2010.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Géodésie spatiale

La géodésie spatiale est une science qui utilise les mesures satellitaires pour déterminer la forme de la Terre et ses changements au cours du temps (champ de gravité, géoïde, orientation de la Terre, déformation de la croûte terrestre...). La géodésie spatiale regroupe l'ensemble des techniques (GNSS, Télémétrie laser, DORIS et VLBI) liées à l'étude géodésique de la Terre via l'Espace. Elle est à la base de la détermination et du maintien de Systèmes de Référence d'Espace et de Temps.

GEO / GEOSS

GEO (Group on Earth Observations) est une entité de coordination intergouvernementale basée sur un partenariat volontaire de plus de 80 gouvernements, de la Commission Européenne et d’une soixantaine d’organisations internationales. GEO a été créé en février 2005, à l’occasion du troisième Sommet pour l’Observation de la Terre à Bruxelles, suite à une initiative américaine lancée en 2003 à l’occasion du G8 d’Evian, et décidée finalement à l’occasion du Sommet pour l’Observation de la Terre de Washington (fin juillet 2003).

Son but est de construire à l’horizon de 2015 un système permanent d’information des systèmes d’observation de la Terre (GEOSS : Global Earth Observation System of Systems). En s’appuyant sur les systèmes d’observation existants (GGOS pour la composante géodésique, GOOS (Global Ocean Observing System) pour la composante Océan, GCOS (Global Climate Observing System) pour la composante Climat …), en les complétant si nécessaire et en les rendant interopérables, il s’agit de définir un système d’observation cohérent, complet de manière à pouvoir assurer une gestion commune et durable de l’environnement et des risques naturels au travers de 9 thèmes : le climat, la Santé, les ressources alimentaires, l’énergie, les ressources en eau, la prévision du temps et les alertes, la protection des écosystèmes, les risques naturels et la protection de la Biodiversité.

Contrairement à une autre initiative européenne similaire (GMES – Global Monitoring for Environment and Security), GEO n’a pas pour but de fournir des services associés.

A voir également : http://www.earthobservations.orglien externe

Géoïde

Surface équipotentielle du champ de pesanteur coïncidant « au mieux » avec le niveau moyen des océans (voir croquis avec la définition du quasi-géoïde).
Note : En raison des variations de la masse volumique de l’eau, des vents et des courants dominants, des variations de pression atmosphérique, la surface moyenne des océans n’est pas une surface équipotentielle. D’autre part, la façon dont le géoïde coïncide « au mieux » avec la surface moyenne des océans est ambiguë. Il s’ensuit que le géoïde ne peut pas être défini de manière univoque. Pour définir un géoïde, on peut convenir :
- soit qu’il contient un point particulier, par exemple le niveau moyen enregistré par un marégraphe pendant une période donnée ;
- soit que son potentiel prend une valeur conventionnelle, choisie de telle manière que le géoïde soit proche de la surface moyenne de l’océan.

Géoréférencement

Processus d’attribution de coordonnées cartographiques ou géographiques à tout objet de la surface terrestre.

GLONASS

Global’naya Navigatsionnaya Sputnikovaya Sistema ou Global Navigation Satellite System : Système de navigation développé au début des années 80 par l’URSS puis déployé sur l’ensemble de la planète et maintenu aujourd'hui par la Russie.

GNSS

Global Navigation Satellite System. Nom générique des systèmes de navigation satellitaire sur l’ensemble de la planète tel que GPS, Glonass et Galileo auxquels on adjoint des systèmes d’augmentation satellitaire ou sol locaux ou régionaux

GPS

Global Positioning System : Système de navigation sur l’ensemble de la planète développé dès la fin des années 70 pour le compte du ministère de la défense américaine (DoD)

Gravimétrie

Technique de mesure de l’intensité de la pesanteur.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

GRGS

Le Groupe de Recherches en (de) Géodésie Spatiale est un groupement scientifique qui fédère en France 10 équipes de recherche appartenant à des institutions nationales ayant des activités en géodésie spatiale (Bureau des Longitudes, CNES, IGN, Observatoire de Paris, Institut National des Sciences de l'Univers, Observatoire de la Côte-d'Azur, Service Hydrographique et Océanographiques de la Marine, Observatoire Midi-Pyrénées, Université de Polynésie Française, Ecole Supérieure des Géomètres et Topographes).

A voir également : http://grgs.obs-azur.frlien externe

Grille de conversion altimétrique

Une grille de conversion altimétrique permet de transformer des hauteurs ellipsoïdales dans un SRT donné en altitudes dans un système de référence vertical défini. Exemple: RAF98: Référence Altimétrique Française

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A lire également : GrillesConversionAltimetrique.pdf  (2278Ko)lien pdf

Haut de page– H –

Hauteur au-dessus de l’ellipsoïde

Distance algébrique entre un point et sa projection sur l'ellipsoïde de référence selon la normale.

Note : La hauteur est comptée positivement vers l’extérieur de l’ellipsoïde

A lire également : coordonnees.pdf  (116Ko)lien pdf

Haut de page– I –

IDS

L’International DORIS Service est un service international de l'AIG qui fournit un soutien aux activités de recherche eh Géodésie et en Géophysique au moyen de la fourniture de données et de produits DORIS

A voir également : http://ids.cls.fr/lien externe

IERS

International Earth Rotation and Reference Systems Service.
Le Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence a en charge de définir, réaliser, maintenir et diffuser le système international de référence céleste (ICRS), le système international de référence terrestre (ITRS), les paramètres de rotation de la terre (EOP), des modèles pour aider la connaissance des variations géophysiques liées à la définition des repères de référence et des paramètres de rotation …, des standards, des constantes et des modèles (i.e., conventions).

A voir également : http://www.iers.org/lien externe

IGS

L'International GNSS Service est un service de l'AIG qui repose sur une fédération de plus de 300 agences à travers le monde fournissant les données de stations permanentes GPS et GLONASS afin de fournir les produits GPS et GLONASS les plus précis.

L’IGN est un des quatre centre de données mondiaux de l’IGS depuis 1994. Les données et produits de l’IGS diffusés par l’IGN sont disponibles sur ftp://igs.ign.fr/pub/igs

Depuis janvier 2010, l’IGN est aussi centre de combinaison du repère de référence terrestre.

A voir également : http://igscb.jpl.nasa.gov/lien externe

ILRS

L'International Laser Ranging Service (Service International de télémétrie laser sur satellite) est un service de l'AIG fournit des produits provenant de mesures de télémétrie Laser sur satellite naturel ou artificiel de la Terre ainsi que les produits issus de ces données afin de soutenir des activités de recherche en Géodésie et Géophysique.

A voir également : http://ilrs.gsfc.nasa.gov/lien externe

Intensité de la pesanteur

Module de l'accélération de la pesanteur. L'accélération de la pesanteur est l'accélération subie par un corps en chute libre au voisinage de la Terre. Elle est la somme de l'accélération de gravitation exercée par la Terre, d'une accélération centrifuge due à la rotation de la Terre sur elle-même, et de l'accélération de marée due à l'attraction des autres astres.
Note : En un point donné, l’intensité de la pesanteur varie légèrement avec le temps, principalement en raison de la marée et des irrégularités de la rotation terrestre. Pour ce qui concerne le nivellement, on considère généralement la valeur moyenne de l’intensité de la pesanteur.

Synonymes : pesanteur, gravité

Intensité de la pesanteur normale

Module de l’accélération du champ normal.

IPGP

Institut de physique du globe de Paris : établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Ses missions concernent la création et la transmission du savoir dans les champs des géosciences et l'observation des phénomènes naturels. Il conduit des recherches dans tous les champs d’études de la Terre solide (géophysique, géochimie, géologie quantitative).

ITRF

International Terrestrial Reference Frame. C'est la réalisation du Système de Référence Terrestre International (ITRS). Elle repose sur la combinaison de coordonnées fournies par quatre techniques issues de la géodésie spatiale, le GNSS (système global de navigation par satellites), la télémétrie Laser sur satellite ou sur la Lune, la technique DORIS (Détermination d’Orbite et Radio positionnement Intégrés par Satellite), et le VLBI (interférométrie à très longue base), ainsi que sur des informations de rattachements liant ces techniques sur des sites de colocalisation.

A voir également : http://itrf.ensg.ign.fr/lien externe

ITRS

International Terrestrial Reference System. Le système de référence terrestre international constitue un ensemble de prescriptions, de conventions ainsi que la modélisation nécessaires pour définir l'origine, l'échelle, l'orientation et l'évolution temporelle d'un système de référence terrestre conventionnel. C'est un système de référence idéal tel que défini par la résolution 2 de l'Union Internationale de Géodésie et Géophysique, adoptée lors de son assemblée générale à Vienne en 1991, pour les applications en sciences de la Terre. Le système ITRS peut être lié au Système de Référence Céleste International par l'utilisation des paramètres de rotation de la Terre fournis par l'IERS.

IVS

International VLBI Service (Service VLBI International) fournit des produits provenant de mesures de VLBI ainsi que les produits issus de ces données afin de soutenir des activités de recherche en Géodésie et Géophysique

Haut de page– J –

JPL

Jet Propulsion Laboratory : coentreprise entre la NASA et le Caltech, basée à Pasadena (Etats-Unis), chargée de la construction et de la supervision des vols non habités de la NASA.

Haut de page– K –
Haut de page– L –

LAREG

LAboratoire de REcherche en Géodésie : créé à l'IGN en 1991 autour du projet de création d'un système de référence international basé sur la géodésie spatiale, il est installé depuis 1997 dans les locaux de l'Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG) à Marne la Vallée.

A voir également : http://recherche.ign.fr/labos/lareglien externe

Latitude

Angle formé, en un lieu donné, par la verticale du lieu avec le plan de l'équateur.

Voir : Coordonnées géographiques géodésiqueslien vers le glossaire

Ligne de force

Ligne orthogonale en chacun de ses points à la surface équipotentielle qui contient ce point.

Longitude

Angle formé, en un lieu donné, par le plan méridien de ce lieu avec le plan méridien d'un autre lieu pris pour origine.

Voir : Coordonnées géographiques géodésiqueslien vers le glossaire

Haut de page– M –

Marégraphe

Appareil d’enregistrement du niveau instantané de la mer.

Note : Un marégraphe permet localement l’étude de la marée, des variations du niveau de la mer et la détermination du niveau moyen sur une période donnée

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Matricule de repère de nivellement

Ensemble de lettres et de chiffres qui permet d’identifier le repère de nivellement

Méridien

On distingue deux notions fondamentales :
- le méridien astronomique est l'intersection du plan méridien astronomique avec la sphère céleste : le plan méridien astronomique étant le plan contenant la verticale du lieu et l'axe de rotation de la Terre.
- le plan méridien géodésique est le demi-plan contenant à la fois la normale et le petit axe de l'ellipsoïde : à partir de cette normale, on définit les coordonnées géographiques géodésiques ou ellipsoïdiques.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A lire également : coordonnees.pdf  (116Ko)lien pdf

Haut de page– N –

NGF-IGN69

Appellation commune au réseau de nivellement de référence couvrant le territoire continental et au système de référence vertical associé. Note : L'ossature de ce réseau a été observée entre 1962 et 1969. Le sigle NGF est un terme générique désignant le Nivellement Général de la France.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

NGF-IGN78

Appellation commune au réseau de nivellement de référence couvrant le territoire de la Corse et au système de référence vertical associé. Note : L'ossature de ce réseau a été observée en 1978. Le sigle NGF est un terme générique désignant le Nivellement Général de la France.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

NIREF

NIREF: Nivellement de Référence Français. Réseau composé de grandes traverses (environ 5000 km) de nivellement Nord-Sud et Est Ouest, dont l'observation a commencé en 1983 et surtout réalisé depuis 2000. Observé en nivellement motorisé, il constitue le réseau le plus précis d'ordre 0 et a permis de mesurer les systématismes du réseau National.

Nivelée

Opération élémentaire consistant à déterminer la dénivelée géométrique entre deux points proches.

Note : Cette dénivelée est obtenue soit par nivellement direct, soit par nivellement indirect

Nivellement

Ensemble d’opérations fournissant des éléments chiffrés pour traduire le relief

Nivellement assisté par GPS

Processus opératoire combinant du nivellement direct et des mesures GPS.

Notes : Ce nivellement est très souvent désigné par le vocable NIVAG (NIVellement avec Assistance GPS)

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Nivellement direct

Méthode de mesure de dénivelée par différence de lectures faites sur deux mires de nivellement, calculée dans le sens de marche (lecture arrière – lecture avant).
Synonyme : Nivellement géométrique.

Note : Lorsque ce nivellement géométrique est motorisé, il est désigné par le vocable NIGEMO

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Nivellement indirect

Méthode de mesure de dénivelée par combinaison d’observations d’angles verticaux et de distances.

Note : Le nivellement indirect est souvent motorisé ; dans ce cas il est désigné par les vocables NITRIMO (Nivellement TRIgonométrique Motorisé) ou anciennement NIPREMO (Nivellement de PREcision Motorisé).

Synonyme : Nivellement trigonométrique.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

NRTK

"Network Real Time Kinematic" : Temps réel centimétrique en réseau

NTF

Nouvelle Triangulation de la France : ancien système de référence Terrestre Français réalisé par les techniques classiques de géodésie terrestre.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

NTRIP

"Networked Transport of RTCM via Internet Protocol" : Protocole de transport sur le réseau des données au format RTCM basé sur le HTTP 1.1

Haut de page– O –

OCA

Observatoire de la Côte d'Azur est formé en 1988 par la fusion de l’Observatoire de Nice, fondé en 1881 par Raphaël Bischoffsheim, et du CERGA, structure de recherche interuniversitaire implantée à Grasse et Calern.
En 2008, il est rattaché à l’Université de Nice Sophia Antipolis, ce qui permet la réunion de la majeure partie des équipes de recherche en Sciences de la Planète et de l’Univers (SPU) de la région niçoise (environ 400 personnes).
Il est maintenant constitué de quatre unités mixtes de recherche : Artémis, Cassiopée, Fizeau, Géoazur, et d’une unité mixte de service : Galilée.

Orbitographie

L'orbitographie est le domaine d'études qui s'intéresse à la détermination des éléments orbitaux d'un satellite. Calculer avec précision la position d'un satellite sur son orbite revient à résoudre une équation dynamique entre la position théorique du satellite et les forces qui perturbent son évolution dans le milieu spatial. L'orbitographie de précision est essentielle en altimétrie spatiale.

Ordre

Rang attribué aux différents niveaux hiérarchiques des sous-réseaux constituant un réseau.
Pour le nivellement, le réseau de continental est constitué de 4 ordres, le premier en étant l’ossature.
En géodésie, la notion d'ordre correspondait aux réalisations triangulées densifiées à des époques successives. Elle a perdu de son acuité et n'est plus diffusée en tant que telle depuis les réalisations spatiales.

Orthodromie

Longueur minimale du trajet entre deux points (segment de droite dans le plan, arc de grand cercle sur la sphère, portion de géodésique sur l’ellipsoïde).

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

A lire également : distance.pdf  (109Ko)lien pdf

Haut de page– P –

Pesanteur

Module de l'accélération de la pesanteur. L'accélération de la pesanteur est l'accélération subie par un corps en chute libre au voisinage de la Terre. Elle est la somme de l'accélération de gravitation exercée par la Terre, d'une accélération centrifuge due à la rotation de la Terre sur elle-même, et de l'accélération de marée due à l'attraction des autres astres.

Note : En un point donné, l’intensité de la pesanteur varie légèrement avec le temps, principalement en raison de la marée et des irrégularités de la rotation terrestre. Pour ce qui concerne le nivellement, on considère généralement la valeur moyenne de l’intensité de la pesanteur.

Synonymes : pesanteur, gravité

Pesanteur normale

Module de l’accélération du champ normal

Point géodésique

Point matérialisé dont les coordonnées (bidimensionnelles ou tridimensionnelles suivant le type de point) sont connues avec précision.

Point nodal

En nivellement, tête de section de 1er ordre.

Synonyme : nœud de 1er ordre

Point primordial

En nivellement, point nodal renforcé à titre de protection par une nappe d’au moins 5 repères.

Note : Tous les repères d’un point primordial sont signalés sur le terrain par une plaque portant l’inscription « Institut Géographique National – Nivellement de 1er ordre – Point primordial – NE PAS DETRUIRE – (Art. 257 du Code Pénal) »

Polygone de nivellement

Figure minimale délimitée par des sections de 1er ordre, et éventuellement par une ligne frontière ou littorale.

Note : Pour les ordres inférieurs, on parle de mailles

Précision

La précision mesure les fluctuations d’une série de mesures autour de son espérance. Cette fluctuation s’exprime en général par un écart type (sigma). Elle ne doit pas être confondue avec l’exactitude qui mesure les fluctuations des valeurs de cette même série de mesures autour de la valeur nominale (ou valeur « vraie »).

Produits IGS

Ensemble de fichiers issus des résultats d’analyses et/ou de combinaisons de données ou de produits IGS. Ils sont élaborés par les centres d’analyse IGS et sont également disponibles auprès des centres de données mondiaux : IGN, SOPAC, CDDIS, KASI.
Parmi ces produits on distingue :
- les orbites et horloges des satellites GPS et GLONASS
- les coordonnées géocentriques et les vitesses des stations du réseau IGS ;
- les paramètres de rotation de la Terre et les mouvements du pôle ;
- les paramètres atmosphériques.

A voir également : http://igscb.jpl.nasa.gov/components/prods.htmllien externe

Projection cartographique

Système de représentation de la surface topographique utilisé pour la réalisation de cartes.

Note : L’opération de projection se décompose en général en deux étapes :
- la projection d’un point de l’espace sur un ellipsoïde géodésique selon la normale à celui-ci ;
- la représentation mathématique de l’ellipsoïde sur un plan (représentation plane).

A lire également : projections_cartographiques.pdf  (237Ko)lien pdf

Haut de page– Q –

Quasi-géoïde

Surface de référence des altitudes normales (ou surface d’altitude normale nulle).
Note : On obtient la hauteur du quasi-géoïde au-dessus de l’ellipsoïde en soustrayant l’altitude normale de la hauteur au-dessus de l’ellipsoïde

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Haut de page– R –

RAF09

Grille de conversion permettant de passer, sur le territoire continental (la grille spécifique RAC09 existe pour la Corse), des hauteurs ellipsoïdales (notées h) aux altitudes (notées H).
Cette grille a été déduite du modèle de quasi-géoïde français QGF98 et de points GPS nivelés.

Rattachement

Un rattachement géodésique désigne l'ensemble des opérations (mesures topométriques, calculs) qui permettent de rattacher en coordonnées 1D, 2D ou 3D un point à un ou plusieurs points de référence d'un système géodésique. On définit ainsi la position relative dans l'espace d'un point par rapport à un autre point déjà connu en coordonnées.

Réfection

Fabrication d’une nouvelle version du produit en reprenant le processus de production dans son ensemble.

Note : Dans le domaine cartographique, la réfection est la sortie d’une nouvelle édition, reprenant le processus de rédaction dans son ensemble (aucune archive n’est utilisée). Dans le domaine géodésique, la réfection d’un réseau (ou d’une partie de réseau) implique de nouvelles implantations de bornes ou repères, de nouvelles observations et de nouveaux calculs

Référence nationale

Système de Référence Terrestre adopté par un pays.

A lire également : srt.pdf  (75Ko)lien pdf

Repère de nivellement

Point matérialisé dont l’altitude est déterminée avec précision.
Note : Il existe de nombreux types de repères de nivellement, généralement métalliques ; ils donnent accès aux systèmes de référence verticaux.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Repère de Référence Vertical

Un repère de référence vertical est une réalisation d’un système de référence vertical, qui peut être :
- un réseau de nivellement ;
- un réseau géodésique tridimensionnel et un modèle de géoïde.


Repère fondamental

Repère de nivellement dont l’altitude est fixée conventionnellement et sert de point de départ aux calculs de toutes les altitudes d’un réseau de nivellement.

Note : L’altitude d’un point fondamental est en général fixée conventionnellement à partir des observations d’un marégraphe dont il est proche.

Réseau de nivellement

Un réseau de nivellement est un ensemble de points constituant la réalisation d’un système de référence vertical et permettant aux utilisateurs d’avoir accès à ce système.

Note : Un réseau de nivellement est un type de Repère de Référence Vertical (RRV). La diffusion, en particulier par Internet, de l’altitude des points du réseau, ainsi que des métadonnées associées, permet à l’utilisateur de rattacher ses chantiers dans la référence verticale nationale.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Réseau Géodésique Français

Réseau Géodésique Français, matérialisant le système de référence RGF93.
Le RGF est organisé en trois principaux niveaux :
- le Réseau de Référence Français (RRF), constitué de 23 sites répartis sur l'ensemble de la France métropolitaine ;
- le Réseau de Base Français (RBF), constitué de 1032 sites uniformément réparti tous les 25 kilomètres en moyenne ;
- le Réseau de Détail Français (RDF), constitué d'environ 75 000 sites issus de la NTF et des canevas complémentaires, et transformés au moyen d'une grille de transformation.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Réseau Permanent

Un réseau permanent est un ensemble organisé de stations de référence implantées au sol de manière permanente qui enregistrent ou émettent régulièrement leurs données d'observations.

A voir également : http://rgp.ign.frlien externe

RGF93

Le RGF93 est, à l’origine, une réalisation d'ETRS89 à l'époque 1993.0 grâce à l'observation GPS des 23 sites du RRF (Réseau de Référence Français) en avril -mai 1993.
Un recalcul intervenu en 2010 fait du RGF93 une réalisation d'ETRS89 à l'époque 2009.0 (calcul en ETRF2000). Ceci est valable pour les coordonnées publiées à partir du vendredi 18 juin 2010 à 12h TU.
Le RGF93 est la restriction au territoire métropolitain de l’ETRS89, ce qui le rend compatible avec la directive européenne Inspire.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Voir : Réseau Géodésique Françaislien vers le glossaire

RGP

Réseau GNSS Permanent.

Voir "Réseau Permanent".

A voir également : http://rgp.ign.frlien externe

Rivet de nivellement

Type de repère de nivellement scellé sur une surface horizontale.

Note : l'altitude du rivet en acier, à queue de carpe, d’une longueur de 5,5 cm et d’un diamètre de 16 mm, se rapporte au sommet de la tête hémisphérique. Le numéro d’un rivet s’obtient en rappelant celui du repère qui le précède et en le faisant suivre d’un tiret (sans espace) et du chiffre romain de son rang (exemple : 7-III pour le 3ème rivet entre les repères 7 et 8).

RRF

le RRF ou Réseau de Référence Français est le premier niveau de densification de l'ETRF sur le territoire métropolitain. Il est constitué de 23 points déterminés par géodésie spatiale de grande précision (VLBI, LASER, GPS ultra-précis).

A voir également : http://sgn.ign.fr/geodesie/contenu/fichiers/Reseau_de_Reference_Francais.pdf lien externe

RTCM

"Radio Technical Commission for Maritime service" : Service américain qui définit, entre autre des standards de communication. Le format RTCM 10403.1 est le format de données différentielles GNSS indépendant des constructeurs. Ce format est défini par l'un des comités spéciaux le SC104. Le format actuel est le 3.1. Par raccourci on omets de préciser 10403.1.

RTCM

"Radio Technical Commission for Maritime service" : Service américain qui définit, entre autres, des standards de communication. Le format RTCM 10403.1 est le format de données différentielles GNSS indépendant des constructeurs. Ce format est défini par l'un des comités spéciaux le SC104. Le format actuel est le 3.1. Par raccourci, on omet de préciser 10403.1.

RTK

"Real Time Kinematic" : Temps réel centimétrique.

Haut de page– S –

SRC

Système de Référence de Coordonnées : Métadonnées permettant de préciser, selon le type de coordonnées, 1D, 2D ou 3D, les éléments de définition associés au jeu de coordonnées.

Equivalence : Coordinates Reference System (CRS)

A lire également : src.pdf  (209Ko)lien pdf

Station permanente

Une station est un des éléments constituant un système de positionnement (GNSS, DORIS, VLBI, Laser). Elle est implantée au sol de manière permanente, fait partie d'un réseau plus ou moins étendu et reçoit les messages provenant des satellites GNSS. Elle est composée d'un récepteur ou/et d'un émetteur, d'une antenne, d'un bloc d'alimentation et, éventuellement, d'un moyen de communication pour l'acheminement des données. L'antenne réceptrice ou/et émettrice est liée directement à un point de référence qui constitue la matérialisation des coordonnées géocentriques de la station.

Système de Référence Vertical

Ensemble de conventions permettant la réalisation d’un Repère de Référence Vertical (RRV).
Ces conventions peuvent comprendre :
- l’adoption de références gravimétrique ou géodésiques
- l’adoption de type(s) d’altitude ;
- des constantes de définition ;
- des spécifications de mesures ;
- des modèles physiques et mathématiques ;
- des spécifications de procédures de calcul ;
- un repère fondamental et son altitude conventionnelle, ou une constante W0 ;
- une unité d’expression des altitudes (m2s-2, GPU, m, foot, …).

Haut de page– T –

Télémétrie Laser

La télémétrie laser sur satellites est basée sur la mesure ultra précise du temps aller retour d'une impulsion laser, permettant ainsi de calculer la distance entre la station laser et le satellite. Depuis 1997, la communauté laser (stations, centres de données et chercheurs) est fédérée au sein de l'ILRS.

Note : Les satellites (lune ou artificiel) "mesurés" par télémétrie laser doivent être équipés de réflecteurs.

Transformation

On entend par "transformation de coordonnées" ou "changement de système géodésique" l’opération qui permet d'exprimer les coordonnées cartésiennes, géographique ou planes d'un point dans un autre système géodésique. S’il n’y pas changement de système géodésique (SRT) , on parle communément de conversion de coordonnées.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Triplet

Groupe d’au moins trois repères de nivellement implantés de sorte que :
- la distance de cheminement entre les deux repères les plus éloignés soit inférieure à 1000 mètres ;
- la dénivelée entre le repère le plus haut et le repère le plus bas soit inférieure à 30 mètres ;
- le recouvrement des zones d’influence des triplets soit le plus faible possible.

Notes : un triplet doit permettre, aux moyens d’outils de nivellement traditionnels (mire et niveau) un contrôle rapide des altitudes des repères.
Les triplets permettent d’accéder à la référence nationale (SRV). Ils font l’objet d’un entretien en principe décennal.
De façon pratique, on identifie la plupart des triplets en créant un buffer (zone d’influence circulaire) de 1 kilomètre de diamètre centré sur la mairie de chaque commune.

Pour en savoir plus : cliquez icilien interne

Haut de page– U –

UELN

Unified European Levelling Network : réseau de nivellement intégrant les réseaux de nivellement nationaux des pays européens, à l'ouest puis progressivement à l'est. La dernière réalisation est UELN 95/98.

Haut de page– V –

VLBI

L'interférométrie est une méthode de mesure qui exploite les interférences intervenant entre plusieurs ondes cohérentes entre elles. L'Interférométrie à très longue base (Very Long Baseline Interferometry) est utilisée en radioastronomie : les données reçues de chaque antenne du réseau sont marquées avec une heure précise, généralement fournie par une horloge atomique locale, puis enregistrées sur bande magnétique ou disque dur. Les enregistrements de chaque antenne sont ensuite rassemblés et corrélés afin de produire l'image résultante.

Haut de page– W –

WGS84

Système de Référence Terrestre, réalisé par géodésie spatiale par le département de la défense américain, qui est inhérent au Global Positioning System qui l'utilise pour ses éphémérides radiodiffusées. Il existe plusieurs réalisations du WGS84 avec des différences décimétriques. Il est à présent très proche des réalisations ITRF.

Haut de page– X –
Haut de page– Y –
Haut de page– Z –

Accès direct

Serveur de fiches géodésiques

Serveur de fiches géodésiques

Visiter le site
Réseau GNSS Permanent

Réseau GNSS Permanent

Visiter le site